La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Aides à la rénovation énergétique : quoi de neuf ?

Publié le 04 avril 2018

Le 26 mars, l’envoi des premiers chèques énergie a démarré et se poursuivra jusqu’à la fin du mois d’avril. L’occasion pour Promotelec de faire le point sur les aides en vigueur dans le domaine de la rénovation énergétique.

Le chèque énergie

Longtemps attendu, le chèque énergie est enfin disponible ! 4 millions de ménages vont bientôt recevoir cette aide d’État, distribuée depuis le 26 mars pour permettre aux plus modestes de financer leurs travaux de rénovation énergétique ou le règlement de leurs factures d’énergie.

Son montant varie entre 42 et 277 euros en fonction des revenus des ménages éligibles, le montant moyen étant de 150 euros. L’attribution du chèque est automatiquement réalisée par l’administration, sans que les bénéficiaires n’aient à effectuer de démarche.

Pour avoir davantage d’informations sur cette aide, consultez notre article consacré au chèque énergie.

Habiter mieux agilité

L’entrée en vigueur du chèque énergie arrive quelques semaines après que l’Agence nationale de l’habitat (Anah) a renforcé son programme « Habiter mieux » en créant une nouvelle aide : « Habiter mieux agilité ».

Pour avoir davantage d’informations sur ces aides, rendez-vous sur le site de l’Anah.

Lancé en janvier dernier, ce programme est destiné aux propriétaires occupants de maison individuelle. D’un montant qui peut aller jusqu’à 10 000 euros, l’aide se concentre sur des travaux de rénovation énergétique ciblés :

  • le changement d'une chaudière ou du mode de chauffage ;
  • l'isolation de combles aménagés ou aménageables ;
  • l'isolation des murs.

Cette aide est attribuée sous conditions de ressources définies par l’Anah. Elle est cumulable avec d’autres dispositifs, comme le Crédit d’impôt transition énergétique (CITE), les certificats d’économie d’énergie (CEE) ou encore l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ).

Afin de bénéficier du programme « Habiter mieux agilité », les demandeurs doivent faire appel à une entreprise « Reconnue garant de l'environnement » (RGE) pour réaliser les travaux.

Habiter mieux sérénité

Cette aide vient compléter le programme « Habiter mieux » de l’Anah qui a permis de financer la rénovation de 52 266 logements en 2017, notamment grâce à l’offre « Habiter mieux sérénité ».

Cette dernière s’adresse aux propriétaires occupants disposant de faibles revenus et fonctionne par bouquet de travaux.

Le montant de l’aide peut atteindre 10 000 euros, auquel s’ajoute une prime de 2 000 euros selon le niveau de performance énergétique atteint grâce aux travaux effectués.

En 2018, l’Anah table sur la rénovation de 104 000 logements, dont 75 000 au niveau énergétique, afin de répondre aux exigences du plan de rénovation du gouvernement.

Prime Énergie EDF

Pour endiguer le fléau de la précarité énergétique, les initiatives qui visent à encourager les travaux de rénovation énergétique se multiplient. Parmi elles, on retrouve le partenariat récemment établi entre la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) et EDF pour promouvoir la prime Énergie EDF auprès des professionnels du bâtiment afin qu’ils s’en fassent le relais auprès de leurs clients.

Pour avoir davantage d’informations sur la Prime Energie EDF : www.prime-energie-edf.fr.

La Prime énergie EDF rentre dans le dispositif des CEE. Elle est versée aux personnes souhaitant réaliser certains travaux d’efficacité énergétique :

  • amélioration du système de chauffage et de régulation (chaudière haute performance énergétique, pompe à chaleur, robinet thermostatique…) ;
  • isolation du logement ;
  • installation d’un système de chauffage utilisant les énergies renouvelables (chaudière biomasse individuelle, chauffe-eau solaire individuel, etc.) ;
  • installation de fenêtres ou portes-fenêtres à haute performance énergétique.

1 Français sur 5 en situation de précarité énergétique

Aujourd’hui, la précarité énergétique touche environ 12 millions de Français, selon les données publiées par l’Observatoire National de la précarité énergétique (ONPE) : 5,6 millions de ménages sont en précarité énergétique et 7,4 millions vivent dans des logements en étiquette énergie F ou G du DPE dans le parc résidentiel privé français, dites « passoires énergétiques ».

La précarité énergétique est un enjeu économique et sanitaire majeur : 34 % des ménages déclarent avoir diminué le chauffage pour ne pas avoir à supporter des factures trop élevées. 48 % des ménages en précarité énergétique souffrent de migraines. Ils sont 41 % a présenté des états anxieux ou dépressifs et 21 % à être atteints de bronchites chroniques(1).

Pour avoir des informations sur les autres aides à la rénovation énergétique, consultez notre article dédié en cliquant ici.

1) Tableau de bord de la précarité énergétique 2017

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur