La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Handicap : quelles aides pour aménager votre logement ?

Publié le 14 décembre 2017

Les personnes en situation de handicap souhaitant améliorer leur domicile peuvent bénéficier de certaines aides financières afin de concrétiser leur projet. Focus sur deux d’entre elles.

La France compte environ 12 millions de personnes touchées par un handicap, selon l’Insee. 4,6 millions de personnes présentent une forme de handicap chez les 20-59 ans et vivent à domicile.

En plus de vivre avec un handicap, elles doivent souvent évoluer dans un logement peu adapté à leur situation. D’après l’Agence nationale de l’habitat (Anah), seulement 6 % des logements seraient adaptés à la perte d’autonomie, un taux alarmant qui traduit un environnement difficile pour les Français concernés.

Un logement inadapté aux besoins d’une personne handicapée peut rapidement lui demander de nombreux d’efforts au quotidien, voire la mettre en danger. Des placards de cuisine placés trop haut, une chambre à l’étage,
une salle de bain trop petite, autant de facteurs qui peuvent nuire aux conditions de vie et à l’autonomie des occupants.

Des accidents domestiques en hausse

Alors que la mortalité routière est en baisse, les accidents de la vie courante continuent de faire plus de 20.000 décès par an en France. Les chutes se placent en tête des accidents domestiques mortels, faisant pour premières victimes les personnes âgées. Un logement adapté est un moyen de se protéger de ce genre de dangers.

Adapter son logement aux contraintes liées au handicap s’impose donc comme un vecteur de bien-être et de confort pour tous les individus en perte d’autonomie. Afin d’encourager les travaux d’aménagement et d’accompagner financièrement les personnes handicapées dans leur projet, plusieurs dispositifs ont été mis en place :

La Prestation de compensation du handicap (PCH)

La PCH est une aide financière versée par le département : « Elle est destinée à rembourser les dépenses liées à votre perte d'autonomie. Son attribution dépend de votre degré d'autonomie, de votre âge, de vos ressources et de votre résidence. C'est une aide personnalisée, modulable en fonction de vos besoins », comme l’indique le gouvernement.

L’aide est attribuée en fonction du degré d’autonomie, de l’âge (- 60 ans pour la première demande, sauf exception), du lieu de résidence et du niveau de ressources du demandeur.

Pour avoir davantage d’informations sur cette aide et connaître les démarches à effectuer pour en bénéficier : cliquez ici.

Améliorer son logement avec l’Anah

Engagée depuis plus de 45 ans dans l’amélioration du parc de logements existants, l’Anah fait figure d’interlocuteur indispensable lorsqu’on décide d’adapter son habitat au handicap. L’agence peut financer jusqu’à la moitié des travaux engagés pour faciliter l’usage d’un logement :

  • pour les demandeurs situés dans la catégorie "ressources très modestes" : 50 % du montant total des travaux HT. L’aide de l’Anah est de 10 000 € maximum.
  • pour les demandeurs situés dans la catégorie "ressources modestes" : 35 % du montant total des travaux HT. L’aide de l’Anah est de 7 000 € maximum.

Retrouvez l’ensemble des informations nécessaires pour financer vos travaux avec l’Anah en cliquant ici.

Pour découvrir d’autres aides utiles à la mise en place de votre projet d’aménagement, rendez-vous ici.

Adapter son logement : que prévoit la loi ?

Les personnes handicapées ont commencé à bénéficier d’une véritable politique publique en 1975 avec la loi d'orientation en faveur des personnes handicapées, un texte qui a permis de définir trois droits essentiels pour cette partie de la population : le droit au travail, le droit à une garantie minimum de ressource par le biais de prestations, ainsi que le droit à l’intégration scolaire et sociale. Cette loi impose alors que les bâtiments soient accessibles aux personnes handicapées.

Avec la loi du 11 février 2005, l’État a continué d’encadrer « l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Cette loi a apporté plusieurs avancées, comme notamment la création du droit à la compensation. Elle est à l’origine de mesures visant à améliorer l’accueil des personnes handicapées, leurs ressources ou encore leur accès à l’emploi.

Enfin, l’arrêté du 1er août 2006, modifié par l’arrêté du 30 novembre 2007, oblige les propriétaires d’un logement à procéder à des aménagements pour faciliter l’usage du bien par les personnes handicapées. La loi fixe différentes dispositions concernant le cheminement extérieur du logement, le stationnement d’un véhicule, l’accès au logement, la taille des toilettes, etc.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur