La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Sécurité incendie : zoom sur les détecteurs de fumée résidentiels

Publié le 06 juillet 2020

Le Code de la Construction impose l’installation d’au moins un détecteur de fumée par logement et par étage afin d’alerter les occupants en cas de danger. Pourquoi ? Comment ? On vous dit tout !

Pourquoi les détecteurs sont-ils obligatoires ?

Parce qu’en France :

  • Un incendie domestique a lieu toutes les deux minutes
  • Près de 600 morts et environ 10 000 blessés sont comptabilisés chaque année à cause du feu – Dont 90% dans les incendies domestiques !
  • L’incendie est la 2ème cause de mortalité par accident domestique chez les enfants de moins de 5 ans.

Il faut savoir que :

  • 70 % des incendies mortels se produisent la nuit.
  • 75 % des décès sont causés par l'asphyxie due aux fumées et non aux flammes
  • La température de la pièce peut atteindre 600°C en 3 minutes.

Il faut 1 verre d'eau la 1ère minute pour éteindre le départ de feu et 1 seau d'eau la 2ème minute. À la 3ème minute, il faut 1 citerne.

Dans les pays où les détecteurs de fumée ont été rendus obligatoires dans les années 70/80/90 le nombre des décès dû aux incendies a été réduit de 50%.

Que dit la réglementation DAAF ?

L’arrêté du 5 février 2013 relatif à l'application des articles R. 129-12 à R. 129-15 du code de la construction et de l'habitation précise :
Dans les parties privatives des bâtiments d'habitation, au moins un détecteur de fumée normalisé est installé dans chaque logement, de préférence dans la circulation ou dégagement desservant les chambres. Le détecteur est fixé solidement en partie supérieure, à proximité du point le plus haut et à distance des autres parois ainsi que des sources de vapeur.

Les détecteurs de fumée sont munis du marquage CE conformément à l'arrêté du 24 avril 2006 portant application à certains systèmes fixes de lutte contre l'incendie du décret n° 92-647 du 8 juillet 1992 modifié concernant l'aptitude à l'usage des produits de construction.

Il est interdit d'installer des détecteurs autonomes avertisseurs de fumée dans les parties communes des immeubles collectifs d'habitation.

Qui se charge de l’entretien des DAFF ?

Le locataire doit veiller au bon fonctionnement du DAAF en vérifiant les piles. Il doit remplacer le DAAF, à ses frais, s'il est défectueux.
Cette obligation ne concerne pas le locataire qui occupe :

  1. un logement à caractère saisonnier,
  2. une résidence-autonomie,
  3. une résidence hôtelière à vocation sociale,
  4. un logement de fonction,
  5. une location meublée.

Dans ces cinq cas de figure, l'obligation de vérification du bon fonctionnement du DAAF (ou son remplacement) doit être effectuée par le propriétaire du logement.

Pour limiter au mieux les risques d’incendie

  • Débranchez ou éteignez les appareils électriques qui ne nécessitent pas une alimentation permanente ;
  • Évitez les programmations nocturnes (lave-linge, lave-vaisselle…) ;
  • Évitez de laisser des cuissons sans surveillance (surtout les fritures…) ;
  • Entretenez et nettoyez régulièrement vos équipements.

Que faire en cas d’incendie ?

 

  • En prévention, n'encombrez pas les paliers et les circulations.
  • Appelez ou faites appeler les sapeurs-pompiers (le 18 ou le 112).
  • N'entrez jamais dans la fumée. Toutefois, si vous êtes dans la fumée, mettez-vous un mouchoir devant le nez, baissez-vous car l'air frais est près du sol ;
  • Ne prenez jamais l'ascenseur, prenez les escaliers.
  • Adaptez votre comportement à la situation :

 

  1. Si l'incendie se déclare chez vous et que vous ne pouvez pas l'éteindre immédiatement :
    - évacuez les lieux ;
    - fermez la porte de votre appartement ;
    - sortez par l'issue la plus proche.
  2. Si l'incendie est au-dessous ou sur votre palier :
    - restez chez vous ;
    - fermez la porte de votre appartement et mouillez-la ;
    - manifestez-vous à la fenêtre.
  3. Si l'incendie est au-dessus :
    - sortez par l'issue la plus proche en veillant toujours à fermer la porte derrière soi.

Quelles sont les pièces à risque d’incendie dans le logement ?

Pour qu’un incendie se déclare, il faut 3 éléments :

  • Un comburant (l’oxygène contenu dans l’air)
  • Un carburant (bois, tissu, papier, matières plastiques, liquides inflammables…)
  • Une source d’énergie (étincelle, braise/flamme, chaleur élevée…)

Les pièces pouvant regrouper ces trois éléments sont donc des endroits à risque d’incendie.

Les chambres sont des pièces de plus en plus risquées, à cause de la présence importante de systèmes électroniques et de charge (tablettes, téléphones portables, ordinateurs portables, systèmes audio-vidéo… et tous leurs systèmes de charge), de multiprises (souvent bas de gamme) surchargées…

Il est donc évident qu’un détecteur installé uniquement dans un couloir, ne protégera pas les occupants d’une chambre d’où il y aurait un départ de feu.

Bien réagir en cas d’alerte

Pour bien réagir en cas d’alerte, il est absolument nécessaire que les occupants d’un logement :

  • Testent régulièrement (mensuellement) leur(s) détecteur(s) afin d’en identifier clairement le son en cas d’alerte. Beaucoup de personnes ne connaissent pas (ou plus) le son de leur détecteur, puisque la dernière (et probablement unique) fois qu’elles ont entendu leur DAAF, c’était le jour de son installation…

Un test régulier permet d’éviter que les occupants :

  • Paniquent quand leur DAAF donne l’alerte pour la première fois ;
  • Appellent les pompiers quand leur DAAF émet des bips de défaut (pile faible, contamination de la chambre de détection…) ;
  • Identifient et situent dans le logement les personnes à risque (personnes âgées, enfants en bas âge, nourrissons…) afin de leur porter   secours au plus vite ;
  • Procèdent à des répétitions d’évacuation depuis les différents endroits du logement jusqu’aux différentes sorties.

L’objectif est que chaque personne « capable » puisse évacuer rapidement et sûrement sans être une entrave ou une charge pour toute autre personne qui doit porter assistance aux autres occupants les plus vulnérables.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur