La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Bornes de recharges : où en est-on ?

Publié le 18 avril 2019

L’installation des points de recharge pour véhicules électriques (VE) est un enjeu majeur qui conditionne l’essor de la mobilité électrique sur le territoire. Alors que le gouvernement table sur un réseau de 100.000 bornes de recharge publiques d’ici à 2022 en France, Promotelec fait le point sur l’état d’avancement du chantier.

Une croissance de 29 % en un an pour les points de recharge publics

En quelques mois, la France a accéléré le déploiement de ses infrastructures de recharge de véhicules électriques (IRVE), semblant bien décidée à rattraper un lourd retard qui pourrait finir par mettre à mal les ambitions du gouvernement en matière de mobilité électrique, volet essentiel de sa Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

Cette dernière prévoit en effet  1,2 million d’automobiles électriques en circulation en 2023, et 4,8 millions en 2028, soit 16,5 % du parc de voitures global. Si les immatriculations sont pour l’instant largement en deçà des projections annoncées, 175.000 véhicules électriques circulaient en France en mars dernier. La volonté de faire monter en puissance les VE s’accompagne depuis plusieurs mois d’efforts particulièrement soutenus pour dynamiser le réseau de recharge.

Fin mars 2019, la France comptait ainsi  25.880 points de recharge accessibles et ouverts au public, selon l’Avere, soit une augmentation de 29 % par rapport à 2018. Là encore, même si l’état du parc de recharge est encore loin des 100.000 points visés par la PPE, le taux d’équipements par utilisateur est bien meilleur que celui préconisé par la Commission européenne. Aujourd’hui, il y a en effet une borne de recharge pour 6,8 véhicules électriques, quand les objectifs fixés tablent sur  1 borne pour 10 utilisateurs à l’horizon 2022.

« Le maillage du territoire français en bornes de recharge continue de s'étendre avec une répartition désormais assez homogène. Mais pour permettre tous les types d'usages, il importe que se développent des réseaux denses dans les métropoles et grandes villes françaises ainsi que des stations de recharge rapides le long des autoroutes et routes nationales », explique Bruno Lebrun, Président de GIREVE, qui dresse chaque trimestre, avec l’Avere, un baromètre régional de la mobilité électrique.

Booster la recharge privée avec le dispositif Advenir

Au-delà de la recharge publique, les efforts doivent également se concentrer sur la recharge privée qui continue de dominer les usages, 90 % des recharges s’effectuant au domicile ou sur le lieu de travail. Il s’agit notamment pour le gouvernement d’encourager et de faciliter l’installation de bornes à domicile ou sur le lieu de travail en aidant financièrement les usagers à s’équiper. Un accompagnement qui figure haut dans la feuille de route présentée en février par Emmanuel Macron, visant une véritable transformation de la filière automobile.

Le programme des Certificats d’économie d’énergie Advenir permet aujourd’hui de couvrir les coûts de fourniture et d’installation de points de recharge à hauteur de 40% pour les entreprises et les personnes publiques, et 50% pour le résidentiel collectif.

véhicule électrique" alt="prime Advenir véhicule électrique" class="so-widget-image"/>

Pour être éligible à la prime Advenir, le programme impose que l’offre de fourniture et d’installation de points de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables soit préalablement labellisée par un installateur qualifié.  Cette demande de labellisation peut être effectuée jusqu’à la fin du programme.

>> Pour avoir plus d’informations sur le dispositif Advenir et effectuer en ligne votre demande de prime, rendez-vous sur la plateforme.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur