La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Les démarches préalables à toute rénovation

Publié le 18 novembre 2016

Rénover un logement ne s’improvise pas. Engager des travaux ou des aménagements nécessite une phase de préparation et de réflexion. En effet, certains choix peuvent être moins coûteux tout en apportant un bénéfice plus important. Pour le montage de votre projet, des professionnels sont à votre disposition et vous aideront à avoir une vision globale sur les travaux les plus utiles et les solutions pour les financer.

Avant tout, organisez-vous

Première étape d’une rénovation réussie, pensez aux démarches administratives : une extension de la surface habitable, l’aménagement d’un comble ou l’affectation d’un garage en pièce à vivre nécessiteront une déclaration préalable en mairie, voire un permis de construire. Renseignez-vous auprès de votre mairie. Dans le cas où vous habitez en immeuble collectif, votre règlement de copropriété détaille les travaux autorisés. Le consulter est un bon préalable pour savoir ce que vous pouvez faire avec ou sans l’accord de la copropriété.

Deuxième étape, déterminez les catégories de travaux ou d’aménagements à engager : chauffage, isolation, fenêtres, électricité, domotique, plomberie, décoration, etc.) pour dimensionner le budget à investir et l’ordre d’intervention des différents professionnels.

Choisissez un professionnel qualifié pour vous accompagner

Si votre but est d’améliorer la performance énergétique de votre logement pour obtenir plus de confort thermique ou faire des économies d’énergie, que votre projet implique l’installation d’équipements de chauffage ou de production d’eau chaude, un bilan énergétique s’avère nécessaire pour y voir clair et faire les bons choix. Comment savoir en effet s’il vaut mieux changer les radiateurs, les fenêtres, améliorer l’isolation ou s’équiper de solutions domotiques pour piloter ses équipements ? Ce bilan vise à mesurer l’impact de chaque décision en termes de consommations d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre.

A titre d’exemple, dans une maison, un programmateur de chauffage peut réduire la facture énergétique d’environ 12 %, un délesteur de 30 % (en suspendant les circuits non-prioritaires en cas de dépassement de la puissance), l’isolation de la toiture ou des murs permet de réaliser de 10 à 20 % d’économie d’énergie, celle du plancher bas de 5 à 10 % et la pose de fenêtres à double vitrage à isolation renforcée environ 10 %.

Pour réaliser cet audit, vous pouvez vous adresser à un professionnel expert en rénovation énergétique reconnu par Promotelec.

Montez votre plan de financement

Une fois le projet défini, c’est le moment de mettre en adéquation votre budget et les travaux envisagés.

En effet, les travaux qui améliorent la performance énergétique de votre logement vous permettent de bénéficier d’aides financières :

  • crédit d’impôt ;
  • certificats d’économies d’énergie ou primes « coup de pouce économies d’énergie » ;
  • aides de l’Anah en fonction de vos revenus ;
  • exonération de taxe foncière ;
  • prêts à taux bonifié, etc.

Ces aides apporteront un complément appréciable à votre plan financement (lire notre article sur les aides à la rénovation énergétique).

icon_toknow_bleuMalin !

Combinez différents types de solutions pour économiser

Une étude récente (1) révèle que l’utilisation d’outils de gestion de l’énergie (régulation, programmation du chauffage) combinés à l’amélioration du bâti permet d’améliorer le bilan financier de l’opération.

Par exemple : dans un appartement de 80 m² chauffé à l’électricité, équipé d’une régulation standard mécanique et mal isolé, la mise en place d’une régulation sur l’émetteur de chauffage et d’une programmation centralisée, associée à la pose d’une isolation thermique par l’extérieur divise par deux la facture de chauffage, de 1 800 € à 900 € par an.

Le coût du matériel fourni posé est de 10 600 € avec un temps de retour sur investissement de 12 à 13 ans.

(1) « Solutions d’efficacité active et complémentarité des solutions actives-passives d’efficacité énergétique », CSTB/Carbone 4, juin 2014.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur